Nouvelle lune du 12 avril 2021

Heure : 2h32 GMT | Degré : 22°25 du signe du Bélier

MARS REPREND LES CHOSES EN MAIN

Et l’on retourne à une configuration double de la chaîne planétaire ! Que de rebondissements ! On change à nouveau complètement d’énergie pour cette lunaison. Décidément, il faut s’accrocher! Après Neptune et ses brouillards enchanteurs du mois dernier, c’est à partir d’un tonique duo Mercure/Mars que la Nouvelle lune s’accomplira. Et pas une planète ne sera rétrograde ! Observons cela de plus près.

Thème de la Nouvelle lune

Chaîne planétaire

Exit Neptune.

Une fois n’est pas coutume, commençons par la planète isolée : celle qui, en tête de chaîne parce qu’en domicile, propose un chemin pour l’incarnation de la Nouvelle lune du mois, alors qu’aucune autre planète ne se trouve sous elle. Repérez bien Neptune dans la chaîne : il est à part, tout seul sur son pôle. En mars dernier, à l’occasion de la Nouvelle lune du 13, Neptune s’était vu sacré roi de la lunaison. Tout passait par lui, impossible de lui échapper, et un climat nébuleux avait envahi la sphère. Tout le monde croyait en ses propres projections, toutes étaient teintées d’illusions. C’est normal, c’est Neptune. Ah ! Le pauvre Neptune ! Il est sommé ce mois-ci de retourner à sa réclusion, seul, comme en apesanteur à côté du pôle dominant. Il doit dire adieu (pour l’instant) à ses projets idylliques de réunir le monde autour d’une communion universelle et paradisiaque. Mais il est toujours là, au premier plan, comme depuis bientôt dix ans, époque de son entrée dans le signe des Poissons qu’il gouverne. Il en a encore pour quelques années, à contrebalancer la proposition voisine.

Mars attaque !

Mars en tête de chaîne : on n’avait pas vu ça depuis… depuis… c’est un peu compliqué pour Mars en fait, depuis plus d’une année. Six mois durant en 2020, il a séjourné dans le signe du Bélier, se plaçant ainsi en tête de chaîne, mais seul, isolé, ce qui n’est jamais bon pour la nature ardente et combative de Mars. Bref, il n’a pas les clés en main depuis longtemps, et doit souvent se contenter de servir les projets des autres. Le mois dernier, on le trouvait en fond de chaîne : à cinq niveaux de profondeur, donc difficile à conscientiser, mais il constituait alors l’objectif à atteindre : la lunaison pour s’accomplir, devait le connecter, en parallèle avec Pluton (voir la Nouvelle lune du 13 mars 2021). Retrouver notre esprit guerrier pour aboutir à la poursuite de la transformation proposée par Pluton, tel était l’enjeu de la Nouvelle lune précédente. Cette lunaison d’avril est l’occasion pour Mars de marquer un grand coup : en visite dans le signe des Gémeaux, il maîtrise Mercure, son propre maître, situé lui en Bélier . On appelle cette situation « réception mutuelle », et c’est pourquoi on retrouve Mars aux côtés de Mercure en tête de chaîne. Et si l’on regarde comment ça se passe ensuite, on constate que la chaîne planétaire se poursuit à partir de Mars, et non de Mercure.

Mercure en difficulté.

Pourquoi Mercure serait-il en difficulté puisqu’il est en tête de chaîne, et donc copilote (avec Mars) de l’incarnation de cette Nouvelle lune ? Pour deux raisons : la chaîne planétaire descend à partir de Mars nous l’avons vu, et en plus, Mercure est conjoint à Kiron, qui symbolise la blessure, là où ça fait mal. Mercure n’est donc pas en position de force pour cette lunaison. Son interaction très forte avec Mars (en réception mutuelle) devrait lui permettre de faire preuve d’un bagout combatif, Mars dopant la capacité de parole de Mercure qui peut s’exprimer aux côtés de Mars avec audace et virulence. En fait, il ne sait pas (lui qui sait pourtant tant de choses), il ne sait plus, où sont ses priorités. Il doit « se réparer », en cette période de conjonction à Kiron, et ce n’est pas Mars qui peut panser ses blessures : il les attise au contraire. Ils doivent l’un et l’autre composer avec cette fragilité mercurienne.

Les projets de Mars.

C’est donc Mars qui prend les choses en main. Il est obligé de tenir compte des valeurs de Mercure blessé, et ne peut donc pas foncer tête baissée vers un avenir prometteur. Il semble tirer Mercure comme on transporte un blessé, Mars doit donc modérer sa fougue : Mercure aura du mal à parler. Mais ce « blessé » lui permet d’être en tête de chaîne quand même. Mars va alors gérer trois planètes au second niveau : le Soleil et la Lune en conjonction (Nouvelle lune) et Vénus, elle aussi conjointe à la Nouvelle lune. Mars est donc au plus près de nos planètes personnelles et intimes avec en plus Mercure au premier niveau : il y a de la tension dans l’air ! Concernant la Nouvelle lune, remarquons de suite qu’elle ne redistribue pas son énergie à d’autres planètes puisqu’elle est en position de refuge : aucune planète ne se place sous le Soleil ou sous la Lune, elle ne participe donc pas spontanément au cheminement d’incarnation de la lunaison. On va donc se sentir plus spectateurs qu’acteurs pour cette lunaison . Et on ne va pas le vivre très bien : comme la Nouvelle lune se situe au 2ème niveau de profondeur seulement, on aura bien conscience de cette insatisfaction à « profiter » de cette lunaison, à nous y épanouir : ce n’est son objectif. Ce malaise se trouvera amplifié par la profondeur de la chaîne : observez que trois niveaux séparent le Soleil et la Lune de Pluton, ce qui donne un peu le vertige… surtout quand on voit qu’au fond de la chaîne, c’est Pluton, justement. Donc, cette position de la Nouvelle lune apparaît quelque peu angoissante. C’est Vénus qui porte le projet de Mars (et de Mercure) vers l’avenir : à partir d’elle, ce sont les planètes extérieures et sociales (Jupiter et Saturne), et les planètes collectives (les transsaturniennes Uranus et Pluton) qui prennent le relais. On reste pour plusieurs mois sur cette configuration Vénus/Uranus/Saturne/Pluton qui s’enchaînent pour réformer durablement nos valeurs et nos besoins primaires (sens de Vénus) : aimer et se nourrir. Saturne peut désormais engager et diriger les réformes sous la coupe d’Uranus (en 2020 il se devait en Capricorne de conserver telles quelles les structures en place face à un Pluton redoutable). Les choses paraissent se mettre bien en place jusqu’à la Nouvelle lune d’octobre.

Bilan : une lunaison qui augure d’une remise en œuvre d’un parcours plus stable, mais où l’on discerne encore des tensions du fait de la position volontaire et active de Mars au contact direct de nos planètes personnelles. La conjonction Soleil-Lune, soit la Nouvelle lune, ne nous place pas en situation privilégiée malheureusement puisqu’elle est en refuge, et nous ne participerons pas spontanément au chemin d’incarnation de la lunaison qui s’accomplit par l’activité martienne qui, dans le fond, semble redonner de la vigueur à un processus de remise en route plus sûr et plus réaliste que ce que nous avons connu au cours des trois premières lunaisons de l’année. Enfin, n’oublions pas Neptune : il demeure et pour longtemps, « l’autre proposition », suggérant qu’il existe une autre voie d’incarnation…

Les valeurs des 10 planètes:

Le Soleil est disposé à «Etre authentique, rayonner»

La Lune est disposée à «Ressentir, imaginer, se souvenir»

Mercure est disposé à «Penser, communiquer»

Vénus est disposée à «Aimer et être aimé(e)»

Mars est disposé à «Agir, combattre»

Jupiter est disposé à «Occuper le champ social, explorer de nouveaux horizons»

Saturne est disposé à «Contrôler, structurer, se responsabiliser socialement»

Uranus est disposé à «Eveiller, réformer»

Neptune est disposé à «Fusionner, dissoudre toute barrière»

Pluton est disposé à «Transformer, changer d’état»

Domicile des 10 planètes:

Les planètes en signes le 12 avril 2021:

Planète isolée :

 Planète en domicile, qui ne maîtrise aucune autre planète dans la chaîne planétaire. Aucune planète ne se place sous elle. Elle est seule dans son signe. Elle se place en tête de chaîne, son énergie est immédiatement disponible mais ne peut être utilisée librement puisqu’ elle n’est pas en contact avec les autres planètes de la chaîne.

Planètes en réception mutuelle:

 Se dit d’une planète maîtrisée par une autre planète dont elle est elle-même le maître. Les deux planètes s’échangent leurs maîtres. Elles se placent côte-à-côte en tête de chaîne. Configuration dynamique et/ou problématique suivant les planètes.

Planète en refuge :

 Planète située sous une autre planète qui la maîtrise. La planète en refuge n’a pas de planète placée sous elle alors que la chaîne continue à descendre à partir d’une autre planète. Cette position n’invite pas la planète à participer spontanément à l’incarnation.

Planète rétrograde :

 La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.

Planète transsaturnienne :

 Planète située au-delà de Saturne dans le système solaire. On en compte trois : Uranus, Neptune, Pluton. Elles ont été découvertes aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Très éloignées du Soleil, leur révolution sidérale est très lente : 84 ans pour Uranus, 164 ans pour Neptune et 247 ans pour Pluton. Leur influence s’étend sur une génération. Divinités considérées comme très dures. Elles ont une dimension collective.