Nouvelle lune du 30 avril 2022

Heure : 20h28 TU | Degré : 10°28 du signe du Taureau

NEPTUNE-LE-SAUVEUR

Deux Nouvelles lunes pour ce mois d’avril ! Après le choc électrique de celle du 1er avril (la faute à Uranus en très grande forme), place à une redistribution des cartes et des énergies pour la Nouvelle lune du 30. Neptune, autre planète transsaturnienne, prend les choses en main. Il rassemble sous sa coupe les brebis hier égarées sous Uranus, et recadre la situation : il y a des projets en cours dans le ciel astral, alors halte à la dispersion, à la rébellion ! Tout le monde se calme, merci ! Tout le monde ? Non ! Mercure n’en fait qu’à sa tête, seul dans son coin, boudeur et qui le montre ! Il n’empêche, tout va mieux, en apparence du moins. Car il y a quelques petits couacs : par exemple, le Soleil et la Lune ne sont pas dans une position très confortable. Pauvres de nous ! Mais le calme revient, le rythme ralentit après la folie qui a animé tout le début d’année. Respiration…

Thème de la Nouvelle lune du 30 avril 2022

Chaîne planétaire de la Nouvelle lune

Comment la chaîne planétaire de cette lunaison se présente-t-elle ?

Deux pôles totalement inégaux se font face :

  •  le «  grand  », qui s’organise à partir de Neptune, maître de huit planètes sur dix, c’est par rien…
  • le «  petit  », constitué par une seule planète, isolée : Mercure. Il semble ne pas faire le poids, et pourtant…

La chaîne planétaire retrouve une profondeur qu’elle n’avait plus connue depuis… depuis… mais oui : depuis août 2021 ! On ne sait même plus ce que c’est que la tranquillité et l’harmonie !

Neptune superstar : il sauve le monde !

Il nous avait déjà fait le coup l’an dernier, en mars 2021, après le départ tonitruant de la première année du monde d’après, sous-entendu d’après 2020. Il revient exactement de la même façon et dans le même contexte : sans crier gare ! On le voit s’emparer de toutes ou presque toutes les planètes concernées, après des mois difficiles, tendus, où nos nerfs ont été mis à vif. Et il met tout le monde en ordre de marche.

C’est qui, tout le monde ? Et bien il s’agit d’un projet astral qui a l’ambition de profiler le fameux monde d’après, qui s’organise autour d’un dispositif Vénus/Uranus/Saturne/Pluton, et dont nous avions oublié l’existence tant les chaînes planétaires de ces derniers mois ont été bousculées. Ce dispositif vise à réformer nos valeurs primaires, celles du Taureau, signe dans lequel Uranus évolue depuis trois ans maintenant. Et comme Vénus est maîtresse du Taureau, nous sommes bousculés quant à notre façon de nous approprier la vie en termes de sécurité (alimentaire entre autres) et d’expérimentation de nos sens.

Repérons ce dispositif dans la chaîne planétaire : il prend place immédiatement sous Neptune, qui s’impose en maître et en redresseur de situation en tête de chaîne. La particularité de Neptune est que l’on ne sent pas personnellement, intimement le coup de barre qui marque cette lunaison, car Neptune est une planète collective, dont l’énergie se manifeste collectivement. Neptune semble saupoudrer ses gouttelettes magiques, merveilleuses, sur la lunaison…

Associé à Vénus et Jupiter qui lui sont conjoints, tout va nous paraître plus beau, plus grand, plus ouvert. Ça commence donc bien. Mais entre les trois planètes alignées au second niveau sous Neptune, ce dernier choisit Vénus pour avancer dans le parcours du mois : c’est elle qui a des propositions, des relais au projet neptunien de départ. Jupiter et Mars sont en refuge et ne sont pas investis. On ne va donc pas sentir les effets brutaux de Mars, décuplés par la proximité de Jupiter dans la chaîne. Ces deux-là sont tenus à distance du processus d’incarnation de la lunaison par Neptune.

Vénus quant à elle retrouve enfin, après de très longs mois de souffrance, une perspective heureuse : elle dépend désormais de Neptune, son octave supérieur, qui la délivre de tous ces mauvais jours passés. Le projet de Neptune n’est jamais clair par définition, mais Vénus n’en a cure et profite de cette protection très forte (Neptune est une planète transsaturnienne) pour retrouver la maîtrise de ce turbulent compagnon, Uranus.

Le dispositif Vénus/Uranus/Saturne/Pluton renaît, après des mois de dislocation : Uranus missionné par Vénus pour réformer nos valeurs primaires, ordonne à Saturne de repenser entièrement les structures établies, et Saturne, pris entre Uranus maître du Ciel et Pluton maître des mondes souterrains, doit maîtriser une transformation en cours pas facile à mener, c’est le moins qu’on puisse dire !

Pluton en fond de chaîne représente l’objectif à atteindre, et comme il entre en période de rétrogradation, il ne va brusquer les choses. Il se met en retrait pour de longs mois, fait le bilan de ce qu’il vient de vivre. Encore un indice de tranquillité retrouvée…

Mercure fait la tête.

Mercure n’est pas du tout d’accord avec ce qui se passe à côté de lui : il fait bande à part, et s’exclut de ce «  miracle  » neptunien. Il réfléchit, lui ! En fait, il est bien seul sur son pôle et doit regarder avec une certaine désespérance la remise en ordre sous l’égide de Neptune.

Planète personnelle et intime, Mercure nous procure le discernement indispensable à notre vie, la capacité de réflexion vitale dans nos actions, la curiosité d’aller chercher de l’information pour comprendre et pour choisir. Nous ne serons donc pas très à l’aise par rapport à ce qui se passe effectivement, sur l’autre pôle, car nous aurons conscience que cette évolution positive au demeurant se fait sans réflexion véritable, qu’elle ne s’appuie sur rien de bien rationnel…

Et puis Mercure s’ennuie ! Actuellement chez lui en Gémeaux, il a envie de papillonner, d’être très actif mentalement. Or, ce n’est pas la proposition de Neptune qui peut lui apporter du grain à moudre, il la verrait plutôt comme un grand « endormisseur  » des consciences.

Soleil et Lune en refuge : mince alors !

Observons la position des deux Luminaires : coincés sous Vénus, au troisième niveau, sans possibilité de participer spontanément à la lunaison. Ce qui se passe à côté d’eux, sur le même pôle pourtant, ne les englobe pas directement dans le cheminement. On sentira bien une certaine frustration, le sentiment de ne pas être pris en compte personnellement, même si au troisième niveau de profondeur la conscientisation commence à s’amoindrir.

BILAN : Neptune est-il réellement un sauveur ? Une planète transsaturnienne représentant une divinité a-t-elle ce pouvoir ? Les apparitions de Neptune sont, depuis un moment déjà, extrêmement surprenantes, systématiquent suivies d’un retrait tout aussi brutal, en tout cas pour l’instant puisque Neptune ne dispose pas actuellement de relais suffisamment constant pour s’imposer. Mais pour cette lunaison, son apparition magistrale est bénéfique : collectivement, nous pouvons recommencer à chercher des solutions à nos vies, à nos sociétés, même si tout cela est encore un peu nébuleux. Cependant, avec un Mercure isolé, et quatre planètes en refuge, on percevra que ce n’est pas une réelle solution, pérenne dans le temps.

Mon conseil : On entre à partir de cette Nouvelle lune dans une série de lunaisons plus reposantes, au rythme plus aisé à vivre, même s’il faudra attendre le coeur de l’été pour relâcher vraiment toutes les tensions. Il était temps ! Profitons-en pour recharger nos batteries, nous reposer un peu et accepter ou en tout comprendre que nous serons moins sollicités personnellement. Ça peut aussi desserrer les tensions…

Excellente lunaison à tous,

Nathalie,

Le principe des chaînes planétaires :

Les chaînes planétaires proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de la Nouvelle lune.

Domicile des 10 planètes

Les planètes en signes le 30 avril

Planète transsaturnienne :

Planète située au-delà de Saturne dans le système solaire. On en compte trois: Uranus, Neptune, Pluton. Elles ont été découvertes aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Très éloignées du Soleil, leur révolution sidérale est très lente: 84 ans pour Uranus, 164 ans pour Neptune et 247 ans pour Pluton. Leur influence s’étend sur une génération. Divinités considérées comme très dures. Elles ont une dimension collective.

Planète en refuge :

Planète située sous une autre planète qui la maîtrise. La planète en refuge n’a pas de planète placée sous elle alors que la chaîne continue à descendre à partir d’une autre planète. Cette position n’invite pas la planète à participer spontanément à l’incarnation.

 

Planète rétrograde :

La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.

Planète isolée :

Planète en domicile, qui ne maîtrise aucune autre planète dans la chaîne planétaire. Aucune planète ne se place sous elle. Elle est seule dans son signe. Elle se place en tête de chaîne, son énergie est immédiatement disponible mais ne peut être utilisée librement puisqu’ elle n’est pas en contact avec les autres planètes de la chaîne.