Nouvelle lune du 23 décembre 2022

Heure : 10h17 TU | Degré : 1°33' du signe du Capricorne

discorde, conflits et tracas : une ultime lunaison 2022 Éprouvante.

Dernière des treize Nouvelles lunes de l’année 2022 ! Alors ? Quelle évolution depuis janvier ? Si l’on en croit les chaînes planétaires astrologiques, décembre 2022 = janvier 2022, avec une (toute) petite bouffée d’oxygène supplémentaire cependant : la chaîne s’étire, offrant une issue de secours et des perspectives à venir. Maigre consolation. Donc, après une lunaison (celle du 23 novembre dernier) chagrine voire démoralisante, prise en main par un Neptune désengagé et peu enthousiaste, nous voilà repris dans la tourmente. Les conflits de pouvoir (à tous niveaux : personnels, sociaux, collectifs) s’activent, aucun consensus n’est trouvé, aucune concession n’est faite de part et d’autre. Bref, la pagaille planétaire reprend ses bonnes vieilles habitudes (vieilles de deux ans, déjà). Mais Saturne veille au grain : il maîtrise de toutes ses forces les enjeux de cette  lunaison. Plus bas dans la chaîne : autour de Mars/Jupiter se dessine une nouvelle ligne. Oui mais voilà : Mars est rétrograde et toute nouvelle orientation ou perspective devra attendre son retour à une marche directe.  En janvier ! 

Thème de la Nouvelle lune du 23 décembre 2022

Chaîne planétaire

Configuration de la chaîne planétaire :

Et l’on retrouve une chaîne configurée autour de deux pôles totalement déséquilibrés :

  • Un pôle de neuf planètes (sur les dix utilisées !), s’enfonçant à quatre niveaux de profondeur et commandé en amont par une boucle de trois planètes.

  • Un pôle constitué d’une planète isolée, toujours la même : Neptune, qui est revenu à une marche directe (donc moins chagrin qu’au cours de la lunaison précédente !).

L’inénarrable, l’incontournable, la récurrente boucle de trois planètes en tête de chaîne.

Bonne nouvelle : c’est la dernière fois que nous la retrouvons (avec un Uranus rétrograde dont les décharges électriques ne se manifesteront pas dans le champ extérieur, ouf !) . Nous la connaissons désormais par cœur, ça fait deux ans qu’elle fait la une de cette chronique « nouvellelunesque » tirée des chaînes planétaires ! Alors on la prend telle qu’elle est, et on s’apprête à lui dire au revoir.

La boucle, c’est Vénus/Uranus/Saturne : trois planètes qui n’ont rien en commun, qui ne travaillent pas à la même échelle, qui mêlent les genres en quelque sorte, et qui sèment la pagaille dans nos vies, dans les États, dans le monde. Comme les trois planètes ont toutes envie d’exercer le pouvoir (certaines légitimement : c’est le cas de Vénus, c’est son tour, mince ! D’autres moins légitimement : Uranus et Saturne. Des histoires de conflits familiaux mettant en scène le père, le fils, la fille, mythologiquement parlant bien entendu !), je disais donc comme elles veulent toutes exercer le pouvoir, évidemment en tête de chaîne ça coince : les blocages sont de tous ordres, et ils tiennent le haut de l’affiche. Pas besoin de vous faire une longue explication : on voit ce que ça donne depuis deux ans.

L’implacable Saturne tient ses troupes.

Sous Saturne : quatre planètes. Autrement dit, le maître du temps a la main sur tout l’aval de la chaîne. Il se place en maître de la lunaison, même s’il est contesté en amont. Délaissant le Soleil, la Lune et Pluton (en refuge), il se concentre sur Mercure et mise sur lui pour assurer l’incarnation de la Nouvelle lune.

Saturne compte sur les qualités mercuriennes de réflexion, de discernement, et aussi de communication mais sur un mode « sage » et maîtrisé, autrement dit réévaluées à l’aune de ses valeurs à lui, pour avancer et faire en sorte que la Nouvelle lune s’incarne. La rigueur saturnienne reste de … rigueur ! En fait Saturne fait un très grand effort pour « tenir les troupes » situées en aval de la chaîne.

Choisir Mercure, c’est nous dire : « La voie de sortie de cette infernale boucle consiste à faire preuve de patience, de réflexion, d’objectivité et de maîtrise, et vous allez voir que l’on peut avancer. Point barre ». Tel sera certainement le discours de l’implacable Saturne. Avancer. Oui, mais vers quoi ? Vers Mars… rétrograde !

Nouvelles perspectives ?

Mars rétrograde n’est pas impétueux sur le plan de l’action extérieure. Il dresse le bilan de ce qu’il vient de faire, des stratégies qu’il a mis en place pendant sa marche directe. Il n’est pas en mesure de s’engager, de lancer une dynamique. Alors, vous comprenez que les perspectives nouvelles resteront modérées au cours de cette lunaison.

Voilà le message que reçoit Jupiter au dernier niveau de la chaîne. Le champ social, représenté par Jupiter, est atteint mais ne s’enflamme pas sous l’égide d’un Mars qui rechigne à l’action. Tout le monde semble comprendre ou du moins s’accommoder de la situation… Attendre que des circonstances plus favorables se mettent en place. Comme par exemple, que Mars redevienne direct… 

La conjonction Soleil/Lune : encore écartée.

Ce n’est pas au cours de cette lunaison que nous allons nous épanouir, vous l’aviez compris. Je vous le confirme avec la position en refuge des deux Luminaires qui nous représentent prioritairement nous dans le zodiaque : le Soleil et la Lune, écartés de toute décision, sont sans prise sur la lunaison. Ce n’est pas la première fois, ce n’est d’ailleurs pas encore fini. Mais c’est pour bientôt ! En attendant, Saturne a choisi son camp : ce sera Mercure et personne d’autre, qui mènera la lunaison à son port.

Au même niveau (le deuxième) : Pluton , lui aussi en refuge, écarté pour la première fois depuis des années. C’est dire les changements qui s’annoncent ! Cette proximité du couple soli-lunaire avec Pluton dans la chaîne planétaire, engendrera, au-delà même de la frustration née de la position de refuge, une angoisse. Pluton n’est pas un voisin rassurant. En tout cas, il est contraint de stopper là ses ambitions de transformation des structures. Pour l’instant.

Neptune : le résistant.

Neptune retourne seul, isolé sur son trône. La planète transsaturnienne connaît cette situation par cœur depuis des années qu’il attend de pouvoir régner sur un monde plus grand ! Le mois dernier, pour la lunaison du 23 novembre, il était à la tête de toutes les planètes, comme ça, de façon inattendue et surprenante. Il quitte ce sommet pour retourner sur son île, seul… Mais en marche directe ! C’est l’avant dernière lunaison de solitude pour lui. De son côté aussi, il va y avoir du changement

BILAN : Une lunaison bien hivernale, c’est de saison me direz-vous ! Ce n’est pas l’euphorie. Il nous faut cependant continuer à nous accrocher même si la conjoncture astrale n’est pas favorable ni folichonne. L’année 2023 va voir exploser tous ces vieux schémas : Pluton entame sa sortie du Capricorne, après quatorze années de dur labeur, sur cette terre très difficile à travailler en profondeur. Il part quelques temps (deux lunaisons) en terre uranienne, un autre voyage ! Quant à Saturne, il débarque lui en terre… neptunienne : il change complètement de climat ! Tous ces  « transferts » se produiront au mois de mars. D’ici là, le ciel astral, tel que nous le dévoilent les chaînes planétaires, est encore terre de désolation.… Ou plutôt champ de bataille !

Mon conseil : Donc d’ici là… faites au mieux pour vous donner du baume au cœur ! Profitez de chaque petit plaisir, aussi menu soit-il. Les fêtes approchent, laissons entrer en nous la magie de Noël.

Très bonnes fêtes de fin d’année à tous,

Excellente lunaison,

Nathalie, Ciel et toiles

2023 en douze Nouvelles lunes : LES CAHIERS ASTROLOGIQUES DE CIEL ET TOILES.

Bye bye 2022 ! Que nous réservent les astres en 2023 ? Les chaînes planétaires nous livrent de multiples informations sur le climat de l’année à venir. Pour en savoir plus,  cliquez sur ce lien ci-après : https://ciel-et-toiles.fr/les-cahiers-astrologiques-lannee-2023-en-douze-nouvelles-lunes-a-travers-les-chaines-planetaires/

 

Le principe des chaînes planétaires :

Les chaînes planétaires proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de la Nouvelle lune.

Domicile des planètes :

Planètes en signes le 23 décembre 2022 :

Planète rétrograde :

Elle est indiquée par un R placé à côté de la planète concernée. La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.

Planète en refuge :

Planète située sous une autre planète qui la maîtrise. La planète en refuge n’a pas de planète placée sous elle alors que la chaîne continue à descendre à partir d’une autre planète. Cette position très frustrante pour la planète,  n’invite pas cette dernière à participer spontanément à l’incarnation de la lunaison.

Planète isolée :

Planète en domicile, qui ne maîtrise aucune autre planète dans la chaîne planétaire. Aucune planète ne se place sous elle. Elle est seule dans son signe. Elle se place en tête de chaîne, son énergie est immédiatement disponible mais ne peut être utilisée librement puisqu’ elle n’est pas en contact avec les autres planètes de la chaîne.

Planète transsaturnienne :

Planète située au-delà de Saturne dans le système solaire. On en compte trois: Uranus, Neptune, Pluton. Elles ont été découvertes aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Très éloignées du Soleil, leur révolution sidérale est très lente: 84 ans pour Uranus, 164 ans pour Neptune et 247 ans pour Pluton. Leur influence s’étend sur une génération. Divinités considérées comme très dures. Elles ont une dimension collective.