Nouvelle lune du 15 septembre 2023

Heure : 1h40 TU | Degré : 21°59' du signe de la Vierge

Une nouvelle lune maussade, mental perturbé.

La chaîne planétaire de cette Nouvelle lune de septembre ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de juin, l’élan en moins. En effet, avec six planètes rétrogrades dont les deux pilotes de tête de chaîne (Mercure et Neptune), on ne connaîtra pas les remous occasionnés par les planètes de fond de chaîne, ni par celle de la tête de chaîne d’ailleurs ! On réfléchit à ce qui s’est passé sur le plan social et sur le plan collectif. Et on est mal à l’aise, voire pas très bien dans nos baskets avec la Lune noire qui rôde autour d’un Mercure rétrograde bien peu enclin à la communication. Bref, alors que l’équinoxe d’automne va se produire, on ne peut pas dire que l’enthousiasme l’emportera. Pas de prise d’assaut de quoi que ce soit. Aucun gros remous d’ordre collectif n’est à prévoir, même si Mars en fond de chaîne reste bien actif… mais seul. Un moment de stand by, en quelque sorte.

Thème de la Nouvelle lune du 15 septembre 2023

Chaîne planétaire

Le R désigne une planète rétrograde

Configuration de la chaîne planétaire :

Deux pôles se partagent le chemin d’incarnation de la Nouvelle lune de ce mois :

  • Un pôle principal regroupe sept planètes sous la gouvernance de Mercure rétrograde. Il descend à quatre niveaux de profondeur.

  • Un pôle récurrent depuis quatre lunaisons : mené par un Neptune rétrograde, il s’enfonce à trois niveaux de profondeur.

Mercure au sommet de la chaîne, dans une forme très relative.

Septembre, c’est le mois de Mercure. Il est chez lui en Vierge et peut s’atteler à la méticuleuse mission qui lui est impartie à ce moment de l’année : trier le bon grain de l’ivraie. Il est temps pour nous tous de gérer précieusement tout ce que nous avons engrangé durant l’été. Il nous faut ranger, préparer les prochaines lunaisons à venir, celles de l’automne puis de l’hiver.

Mercure n’est pas dans une bonne phase : il est rétrograde. Plus pour longtemps certes, puisque quelques heures après la Nouvelle lune, il retourne à une marche directe. Mais le fait est qu’au moment de la Nouvelle lune, il est rétrograde. Nous ne débuterons donc pas la lunaison plein d’élan et d’envie, mais plutôt sans ! Nous consacrons du temps à revenir sur d’autres occupations mercuriennes, celles de la lunaison dernière, et nous avons du mal à assumer les nouvelles occupations de septembre. Mais bon, ça ne dure pas.

Mercure a de plus un compagnon de route encombrant et bien peu joyeux pour cette Nouvelle lune. La Lune noire lui est conjointe, qui le tourmente, ne le laisse pas s’épanouir dans ce qu’il aime par-dessus : réfléchir à comment organiser cette récolte d’été. Il angoisse, se questionne sans trouver de réponse.

Sous Mercure : rien de nouveau, ça freine même en fond de chaîne.

Trois planètes terminent la chaîne : Uranus, Jupiter et Mars. Bruyants tout l’été, ils se calment (sauf Mars mais qui est bien seul à se démener dans ce trio) car Uranus et Jupiter entrent en période de rétrogradation.

Au-dessus d’eux et sous Mercure : Soleil et Vénus ont beau s’enchaîner harmonieusement, la rétrogradation de Mercure ne les fait pas sauter de joie. Avec la Lune en refuge au deuxième niveau, donc bien conscientisée, nos planètes personnelles et intimes sont toutes en têtes de chaîne, mais pas hyper rassurées. Sniff.

On sent qu’après ce printemps si porteur de vents nouveaux qui nous ont mis au premier plan nous, personnellement, l’entrée dans l’automne s’annonce porteuse de difficultés à continuer à surfer sur cette vague. Encore une lunaison d’octobre et c’en sera fini de ce moment béni qui nous a permis de nous retrouver et de nous ressourcer après tant d’années sous le joug de planètes absolument pas intimes et personnelles.

Neptune : il dort (somnole), avec ses partenaires.

Neptune rétrograde est à la tête de Saturne rétrograde et de Pluton rétrograde. Ce dispositif installé depuis le mois de mars se met au repos. Chargé de références idéologiques, politiques et liées au pouvoir, à vocation collective, il ne nous embêtera pas à l’occasion de cette Nouvelle lune. Il se met en retrait pour réfléchir à ces mois passés.

Là encore, le réveil de ces trois mastodontes du zodiaque débute dès la lunaison prochaine, après quatre mois de mise à l’écart. À suivre…

BILAN : une lunaison bien morne, avec un Mercure en tête de chaîne perturbé et rétrograde, donc pas en capacité à donner le meilleur de lui-même. Rien de spectaculaire au vu de la configuration de la chaîne : tout ce qui pourrait être source d’activité intense est au repos. Sauf Mars, mais il est le seul. Il risque de ne pas être suivi dans ses velléités.

Mon conseil : attelons-nous quand même à notre mission virginienne. Trions, aménageons, rangeons, organisons. Les mois suivants n’en seront que facilités. Évitons de trop nous appesantir sur des remords ou des fixations (Mercure rétrograde conjoint à la Lune noire). Tentons de rester opérationnels malgré le manque de perspectives pour cette lunaison.

 Très bonne lunaison,

Nathalie

 

Le principe des chaînes planétaires :

Les chaînes planétaires proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de la Nouvelle lune.

Domicile des planètes :

Planètes en signes le 15 septembre 2023 :

Planète rétrograde :

La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.

Planète en refuge :

Planète située sous une autre planète qui la maîtrise. La planète en refuge n’a pas de planète placée sous elle alors que la chaîne continue à descendre à partir d’une autre planète. Cette position n’invite pas la planète à participer spontanément à l’incarnation.