Nouvelle lune du 10 juillet 2021

Heure : 01h18 T.U. | Degré : 18°02' du signe du Cancer

au programme : cocooning et ressourcement !

 Ce sera la meilleure Nouvelle lune de l’année 2021, mais aussi la moins dynamique ! Une lunaison très bienveillante pour nous autres êtres humains  se profile. Nous sommes aux premières loges pour profiter des bienfaits curatifs, ressourçants d’une Nouvelle lune qui bénéficie d’un rythme particulièrement lent, en accord parfait avec la chaleur de juillet. Un climat de farniente bienvenu après les épreuves de la première partie de l’année.

Thème de la Nouvelle lune :

Les chaînes planétaires : l’autre regard sur les lunaisons.

Les chaînes planétaires  proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent  les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de Nouvelle lune.

Chaîne planétaire

Le R situé à côté d’une planète indique que celle-ci est rétrograde.

Configuration de la chaîne planétaire :

– Trois planètes (Lune, Mercure et Neptune) sont au départ pour engager le chemin à parcourir. Soit trois propositions différentes pour que la Nouvelle lune s’incarne. Elles n’auront pas toutes le même avenir…
– Six niveaux de profondeur amènent la lunaison à s’accomplir, étape après étape.

Le pôle principal : Une Lune-reine sur un soleil de minuit.

LA LUNE conjointe au Soleil pilote le pôle le plus important de la lunaison : elle est à la tête de six planètes. Comme toujours lorsque le Soleil est en Cancer (signe gouverné par la Lune), l’émotion, la sensibilité mais aussi la famille et l’intime sont au premier plan. Pas d’esprit combatif donc, mais une grande ouverture sur le champ émotionnel et une priorité accordée à nos besoins profonds.

LA LUNE assure son avenir par un partenaire exclusif : LE SOLEIL, qui se place sous elle. Autant dire que sont réunies nos deux composantes essentielles dans une relation porteuse en tête de chaîne. Le Soleil conjoint à la Lune prend la couleur d’un Soleil de minuit, magnifique. Souvent le Soleil se trouve relégué en position de refuge lorsque la Lune est en tête de chaîne, et donc dans l’impossibilité de participer activement à la lunaison. Ce ne sera pas le cas cette fois-ci. La nouvelle lune s’accomplira avec lui, sans restriction. Elle offre au Soleil un rôle-phare : celui de transmettre son projet au reste de la chaîne. C’est pourquoi nous la vivrons très individuellement, avec un recentrage sur nos besoins profonds représentés par la Lune.

LE SOLEIL sera comme un coq en pâte. La Lune le guide au-dessus de lui, et une Vénus en Lion se place sous lui, il est bercé par des énergies féminines qui lui apportent douceur, consolation, cocooning. Certes il maîtrise Mars au même niveau que Vénus, mais le dieu guerrier est en positon de refuge et n’a pas son mot à dire. Exit l’agressivité pour cette lunaison, sans pour autant que notre relation à nous-mêmes (le Soleil) en pâtisse. On va vraiment P-R-O-F-I-T-E-R ! E-X-I-S-T-E-R !

Vénus, Uranus, Saturne, Pluton : le dispositif au repos.

VÉNUS au troisième niveau bénéficie de cette ambiance exceptionnelle de bien-être pour continuer à conduire les réformes qu’elle veut mener, sans user de la force ou de la violence. Et il n’y a pas vraiment de répondant en fond de chaîne. Sous VÉNUS s’enchaînent certes un URANUS en marche directe, volontaire, mais il bute au cinquième niveau sur un SATURNE rétrograde suivi par un PLUTON dans la même situation, rétrograde donc : personne n’a envie de bouger les lignes dures.

Ce recroquevillement des planètes rétrogrades sur leurs valeurs les coupent en grande partie d’une d’action tournée vers l’extérieur, avec un manque de volonté d’impacter le champ social. Et cette situation va perdurer jusqu’à la fin de l’année car même Uranus entamera un bilan personnel, rétrogradant dès la lunaison de septembre.

Cet enchaînement sur six niveaux de profondeur impriment un rythme lent à la lunaison, qui convient bien à la Lune qui n’aime pas être brusquée.

Le pôle Neptune/Jupiter : des bas plutôt que des hauts !

Les hauts, c’était pour la lunaison précédente. L’arrivée de Jupiter en Poissons avait dynamisé Neptune (n’oublions pas que Jupiter est l’autre maître des Poissons avec Neptune, et que nous ne prenons en compte que le maître transsaturnien, donc Neptune). Le maître des grandes eaux est à la peine ce mois-ci : lui et son comparse «  poissonnien  » (?) sont tous deux rétrogrades. Ils n’ont donc pas vocation, contrairement à la lunaison précédente, à extravertir leurs projets. Ils sont plutôt en période de discussion interne à leur duo, discussion toujours intense quand il s’agit d’un couple isolé de deux planètes enchaînées seules.

Et oui ! Neptune et Jupiter forment un couple isolé. Seuls sur ce pôle, ils ne peuvent prétendre assurer prioritairement l’incarnation de la Nouvelle lune puisque le maillon de la chaîne s’arrête à deux niveaux de profondeur. Pas de vision démesurément idéaliste, ni même expansionniste, mais de par leur présence en tête de chaîne, on ne peut rejeter ces deux dimensions. On les entend, on les perçoit, même si elles font très peu de bruit ce mois-ci. Et puis la rétrogradation de Jupiter entraînera son retour en Verseau, et la planète rejoindra alors le pôle principal jusqu’à la fin de l’année, laissant Neptune complètement seul.

Mercure isolé.

C’est la quatrième «  pool position  » consécutive de l’année pour Mercure . C’est aussi la dernière. Et pour cette lunaison, il est seul en tête de chaîne. Isolé. Alors oui, l’aspect cérébral de Mercure, son sens du discernement, son objectivité sont à l’oeuvre et immédiatement disponible. C’est l’une des voies par laquelle la lunaison peut s’accomplir. Mais Mercure est coupé de toutes les autres planètes et ne sait que faire de cette masse d’informations qu’il capte, qu’il trie et… qu’il ne peut redistribuer de par cette position isolée.

Il ne contribue pas à mettre du sens dans le pôle principal gouverné par l’émotion. Ce qui ajoute au bien-être généré par la Lune en association avec le Soleil et Vénus : nous dissocions notre capacité à penser, à nous interroger de ce moment «  cocooning » incarné par le maillon piloté par la Lune. Mercure semble dire : ” Je ne suis pas d’accord avec le chemin que propose la Lune, voici le mien “. Seulement voilà, Mercure est seul…

BILAN :

Bien sûr cette lunaison n’est pas très constructive : elle propose trois chemins d’incarnation différents, quatre planètes sont rétrogrades, ralentissant le rythme. Mais  ce n’est pas son objectif. Elle ne vise pas à révolutionner nos modes de vie. On sent vraiment le temps des vacances, avec le lâcher-prise qui va avec, le farniente qui (re)pose nos corps et nos âmes. Nous en avions bien besoin ! Suivons nos intuitions, lâchons prise. C’est le moment ! Et même si beaucoup d’entre nous seront au travail sous le Soleil de juillet, le climat général fera du bien à chacun de nous.

Excellente lunaison, très bel été,

Nathalie

Domicile des planètes :

Les valeurs des 10 planètes :

Le Soleil est disposé à « Etre authentique, rayonner »                  La Lune est disposée à « Ressentir, imaginer, se souvenir »
Mercure est disposé à « Penser, communiquer »
Vénus est disposée à « Aimer et être aimé(e)»
Mars est disposé à « Agir, combattre »
Jupiter est disposé à « Occuper le champ social, explorer de nouveaux horizons »
Saturne est disposé à « Contrôler, structurer, se responsabiliser socialement »
Uranus est disposé à « Eveiller, réformer »
Neptune est disposé à « Fusionner, dissoudre toute barrière »
Pluton est disposé à « Transformer, changer d’état »

Les planètes en signes le 10 juillet 2021 :

Planète transsaturnienne :

Planète située au-delà de Saturne dans le système solaire. On en compte trois: Uranus, Neptune, Pluton. Elles ont été découvertes aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Très éloignées du Soleil, leur révolution sidérale est très lente: 84 ans pour Uranus, 164 ans pour Neptune et 247 ans pour Pluton. Leur influence s’étend sur une génération. Divinités considérées comme très dures. Elles ont une dimension collective.

Planète en refuge :

Planète située sous une autre planète qui la maîtrise. La planète en refuge n’a pas de planète placée sous elle alors que la chaîne continue à descendre à partir d’une autre planète. Cette position n’invite pas la planète à participer spontanément à l’incarnation. 

Planète rétrograde :

La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.

Planète isolée :

Planète en domicile, qui ne maîtrise aucune autre planète dans la chaîne planétaire. Aucune planète ne se place sous elle. Elle est seule dans son signe. Elle se place en tête de chaîne, son énergie est immédiatement disponible mais ne peut être utilisée librement puisqu’ elle n’est pas en contact avec les autres planètes de la chaîne.