Nouvelle lune du 29 juin 2022

Heure : 2h52 TU | Degré : 7°23' du Cancer

de la dispersion, de l'agitation et même de l'angoisse : on avance sans trop savoir où on va...

Ne cherchons pas la cohésion des énergies planétaires ce mois-ci,  il n’y en aura pas ! La dispersion est dans l’air pour cette Nouvelle lune du 29 juin. Pas moins de quatre pôles organisent (ou désorganisent, au choix) la chaîne planétaire tirée du thème de cette Nouvelle lune. Nous voilà donc bien perplexes face à la conduite à tenir pendant le mois : quelle voie allons-nous privilégier ? Quelles conséquences ce morcellement marqué des chaînes aura-t-il sur le climat astral, et sur nos vies ? Ainsi, pendant que le pôle le plus important tient droit et ne dévie pas d’un axe de réformes mises en œuvre depuis de longs mois, d’autres pôles se tiennent à distance de cet axe, parfois en binômes (deux planètes sur un pôle), parfois seuls (une planète sur un pôle). Ce qui complexifie beaucoup le chemin de la lunaison qui, pour s’incarner, doit entendre et répondre aux demandes de TOUTES les propositions, c’est-à-dire quatre ! Chacun a son plan et mène sa vie de son côté, et personne n’a l’intention de regarder et d’accorder la moindre attention à celui de son voisin. Ça promet ! Néanmoins, malgré une agitation (assez vaine mais active) du binôme Mars/Jupiter, un processus de réforme constamment remis en cause s’accroche et poursuit sa mission. Quant à nous, qui sommes d’abord représentés par la conjonction Soleil/Lune, nous aurons tendance à nous isoler face à ces perspectives, et à broyer du noir, inquiets. Nos rêves et nos idéaux sont en berne… Une lunaison particulière. Patientons, la prochaine lunaison sera bonne, bonne, bonne, bonne, bonne…

Thème de la Nouvelle lune du 29 juin 2022

Chaîne planétaire

Configuration de la chaîne planétaire :

Nous l’avons dit, quatre pôles (quatre morceaux de la chaîne planétaire) sont sur les starting blocs, prêts à incarner une vision de cette Nouvelle lune :

  • Le premier, le plus intéressant pour nous parce que nous sommes présents sur ce pôle : un enchaînement Lune/Soleil s’il vous plaît, avec une Lune conjointe à la Lune noire en tête de chaîne.

  • Le deuxième : le plus solide, le plus constructif, le plus porteur : sous Mercure, une belle ligne verticale  s’enfonce à cinq niveaux de profondeur.

  • Le troisième : le duo Mars/Jupiter réitère son coup d’éclat de la lunaison précédente : du bruit, des gestes, mais rien de concret ni d’abouti.

  • Le quatrième et dernier : Neptune, seul, rétrograde. Pas la forme pour cette lunaison !

La Lune et le Soleil seuls sur leur pôle : angoisse, quand tu nous tiens…

Le duo Soleil/Lune forme la Nouvelle lune le 29 juin et se présente isolé du reste de la chaîne planétaire. Les deux Luminaires ne sont pas les seuls dans cette situation, mais ces deux astres nous représentent prioritairement dans le zodiaque, et leur conjonction mensuelle annonce un nouveau commencement chaque mois pour nous tous collectivement. C’est à cette vision d’un nous collectif que nous nous intéressons dans le cadre de cette page, et donc à la vision que nous offrent le Soleil et la Lune réunis dans une Nouvelle lune (pour une vision individuelle, reportons-nous à notre propre thème de naissance).

Cette Nouvelle lune se forme en Cancer. La Lune, maîtresse du signe, prend la tête de ce pôle de deux planètes. Une Lune en tête de chaîne nous invite toujours à nous préoccuper de nos besoins profonds, à les mettre en avant, à nous centrer sur notre intuition, à écouter nos émotions. Cette disposition d’esprit est donc essentielle pour cette lunaison.

Les deux Luminaires que sont la Lune et le Soleil ne partagent pas l’énergie des autres planètes à cette occasion. Ils seront seuls, isolés sur un pôle, et regarderont de loin ce qui se passe à côté. D’emblée, il apparaît que cet isolement est problématique, la Lune n’appréciant globalement pas la solitude. Cette situation peut générer de l’inquiétude chez nous (collectivement parlant). Ça, c’est le premier point. Deuxième point : la Lune est (comme le Soleil) conjointe à la Lune noire, ce qui accentue son inquiétude qui peut se transformer en angoisse. Coupée des autres pôles, de l’énergie des autres planètes, la Lune est confrontée à ses propres peurs, et notamment celles concernant sa sécurité.

Le Soleil quant à lui met l’éclairage sur les angoisses que traverse la Lune. Mais comme il est maîtrisé par cette dernière, il se place sous elle dans le morceau de chaîne qu’ils forment à eux deux. Il n’a pas la main sur la situation, il reçoit de la Lune ce message inquiet, sans pouvoir apporter de solution : aucune planète ne se place sous lui. Cette autarcie Lune/Soleil prive le duo d’un courant qui pourrait l’aider à participer à un circuit capable de faire baisser l’angoisse. Nous voilà donc bien mal en point pour cette lunaison, parce que trop recroquevillés sur nous-mêmes. Et pourtant, le reste du monde continue à tourner… sans nous !

Mercure dynamique, à la tête d’un pôle… qui commence à freiner des quatre fers !

Mercure est en grande forme, ça se voit : il se place à la tête d’un alignement de cinq planètes, qui s’enchaînent sans broncher sous lui. Belle fluidité ! Et surtout, belle acuité dans la façon d’aborder la lunaison avec un Mercure Gémeaux. On commence par chercher l’information, on s’ouvre à tous les vents, on discute, on bavarde. Alors c’est sûr qu’on ne prend pas vraiment de décision… Ce qui compte ce mois-ci pour Mercure, c’est de tenir le cap, CE cap qui lui permet, par le bagout et la souplesse intellectuelle, d’évaluer les situations et surtout de tenir sous sa coupe la belle Vénus.

Car tenir Vénus, c’est tenir tout le processus de réformes en cours, qui avance et qui recule, qui avance à nouveau, toujours embêté dans son projet par les autres planètes qui régulièrement n’en font qu’à leur tête et contestent à Vénus son objectif de nous faire changer nos modes de vie, souvent de façon brutale. Ainsi nous retrouvons sous Vénus toujours les mêmes (planètes !), inchangés depuis début 2021 : Uranus, Saturne, Pluton.

Vénus quant à elle va mieux, pour la troisième lunaison consécutive, et c’est incontestable. Avec le soutien (ou plutôt l’ordre) de Mercure situé au-dessus d’elle, elle se démène pour trouver des solutions et nous amener ainsi vers de nouveaux modes de vie (alimentaires entre autres). Sous elle, Uranus suit bien, il est d’accord pour embrayer les réformes. Sous lui, Saturne et Pluton sont à présent tous les deux rétrogrades et freinent considérablement l’allure d’un quelconque progrès.

Bref, ce pôle bien aligné, bien organisé, ne pourra cependant faire avancer grandement le schmilblick. Et cette allure tortue s’étirera jusqu’à… mais oui, jusqu’à la lunaison du 25 octobre ! Mais voyons le bon côté des choses : les réformes ainsi freinées n’avançant guère, elles ne nous embêteront guère. Par contre, cette configuration astrale rend le climat lourd, très lourd, avec quelques orages de temps en temps (qui stopperont dès qu’Uranus sera lui aussi rétrograde) qui ne permettront pas de changer la météo et de mettre fin à la lourdeur du climat.

Binôme Mars/Jupiter : on s’agite, on s’agite… sans résultat, globalement.

Même topo que pour la lunaison précédente : voilà un duo ultra tonique, qui a envie d’en découdre, avec… avec quoi ? Il ne sait pas très bien lui-même, n’ayant d’autre objectif que d’occuper le champ social, sans résultat valable : le reste des planètes s’en fiche, vit sa vie en écoutant vaguement (enfin un peu obligé parfois car Mars et Jupiter ensemble sont bruyants !) ce binôme qui ne l’intéresse pas ! A noter : Mars en tête de chaîne s’active, mais il est pour cette lunaison blessé avec la présence de Kiron à ses côtés (conjoint). Il n’est pas à l’aise dans cette situation, n’est pas en confiance. Il s’active tout en étant vulnérable.

Neptune, rétrograde, seul son pôle…

Que dire de plus ? Neptune est seul sur son pôle depuis la lunaison dernière, et en plus il entame une longue période de rétrogradation (jusqu’au 4 décembre). Alors pour cette lunaison, inutile de compter sur lui, il s’isole complètement, en réclusion sur son îlot (euh… sur son pôle). Il fait le point sur ce qu’il vient de vivre… Et nous délaisse par la même occasion. Alors évidemment, la dimension des rêves et des idéaux nous échappe, et cela nous manque, personnellement, socialement, et collectivement ! Quand je vous dis que l’énergie d’une planète isolée manque à tout le système de la chaîne planétaire !

BILAN : cette Nouvelle lune, plutôt dissonante de par la configuration de la chaîne planétaire en quatre morceaux, n’est pas satisfaisante pour nous. Drôle de Nouvelle lune, complexe, dispersée, aux directions multiples. En mode « foetus », nous nous tiendrons à distance de tous les courants négatifs sans trouver pour autant consolation dans ce repli. Alors, où chercher de quoi sortir de ce schéma peu épanouissant ?

Mon conseil : Tâchons de créer du lien entre les différentes dimensions de nos vies : personnelles, sociales et collectives, afin de contrebalancer le morcellement annoncé, et l’inquiétude générée par une Lune anxieuse. Les deux meilleures lunaisons de l’année vont succéder à cette Nouvelle lune, et particulièrement la prochaine, celle du 28 juillet, qui annonce un vrai ressourcement. Le Soleil en sera le grand maître incontesté (ou presque). Rien à voir avec celle-ci !

Très bonne lunaison,

Nathalie, Ciel et toiles

Le principe des chaînes planétaires :

Les chaînes planétaires proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de la Nouvelle lune.

Domicile des 10 planètes :

Les planètes en signes le 29 juin 2022 :

Couple de planètes isolées :

Deux planètes s’enchaînent et forment un couple isolé. Cette combinaison donne beaucoup d’intensité qui peut aller juqu’à l’épuisement car il est très difficile de canaliser cette force. La tension redescend quand on quitte ce pôle et  qu’on se dirige vers d’autres pôles.

Planète isolée :

Planète en domicile, qui ne maîtrise aucune autre planète dans la chaîne planétaire. Aucune planète ne se place sous elle. Elle est seule dans son signe. Elle se place en tête de chaîne, son énergie est immédiatement disponible mais ne peut être utilisée librement puisqu’ elle n’est pas en contact avec les autres planètes de la chaîne.

Planète rétrograde :

La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.