Nouvelle lune du 10 juin 2021

Heure : 10h54 TU | Degré : 19°47 du signe des Gémeaux

un temps de repos et d'introspection

A bas les tensions !

Pour cette lunaison, la chaîne planétaire gagne en profondeur : six au total, de Mercure à Pluton. Il va nous falloir aller connecter Pluton, planète en fond de chaîne, étape après étape. Le rythme de cette lunaison s’annonce lent, et tout en douceur, nous allons voir pourquoi. Et puis l’autre particularité de cette Nouvelle lune, c’est l’arrivée de Jupiter dans le signe des Poissons, ce qui place la planète sous la coupe de Neptune. A suivre…

Thème de la Nouvelle lune du 10 juin 2021

Chaîne planétaire de la Nouvelle lune

Le R inscrit à côté d’une planète indique que celle-ci est rétrograde

Configuration de la chaîne planétaire :

La chaîne s’organise autour de deux pôles :
– un pôle de huit planètes s’enchaînent sous Mercure rétrograde
– un pôle de deux planètes : Neptune/Jupiter

Soit deux chemins proposés pour que la lunaison s’accomplisse.

Huit planètes avec Mercure rétrograde en tête de chaîne.

Le principal morceau de chaîne dessine ce mois-ci une longue ligne à peine sinueuse aux deuxième et troisième niveaux de profondeur. Toutes nos planètes personnelles et intimes (Mercure, Lune, Soleil, Vénus) sont en tête de chaîne, réparties sur les trois premiers niveaux. Autant dire que nous sommes au premier plan pour cette lunaison, et nous allons la vivre pleinement. Nous en maîtrisons les arcanes. Nous entamons une période où trois lunaisons vont s’enchaîner sur le même rythme : lent et fluide. Cette lunaison de juin sera la plus langoureuse, pour plusieurs raisons.

D’abord, Mercure.

Il est en tête de chaîne et pilote la lunaison qui démarre à partir de lui. Il est également conjoint à la Nouvelle lune (conjonction Soleil-Lune). Il calme tout le monde ce mois-ci. Il est rétrograde et n’a pas envie de joutes verbales, ni de démontrer par A+B qu’il faut s’exprimer à tout prix. Nous partons donc sur une temporisation forte de la parole pour cette lunaison, contrairement à la lunaison précédente : Mercure dominait incontestablement le paysage astral, en tête de chaîne et conjoint au Noeud lunaire Nord qui lui indiquait la direction à suivre. Il savait où il allait et il le disait, il était en marche directe. Bref, il avait un véritable projet.

Son attitude est différente en juin. Bien que toujours en tête de chaîne, il semble plutôt tenir les rênes de la lunaison à une allure calme, maîtrisée, comme si, prudent, il voulait ménager sa monture.

Ensuite : la Lune et Vénus, les deux planètes féminines.

Mercure a le choix entre le Soleil et la Lune au deuxième niveau pour incarner son projet. Il choisit d’investir la Lune car elle a des planètes au-dessous d’elle qui lui assurent un avenir, ce qui n’est pas le cas du Soleil en position de refuge. La Lune sous Mercure a vocation à nous connecter à nos besoins profonds, à notre champ émotionnel de façon très intériorisée car Mercure est rétrograde. On entre ce mois-ci dans une période d’introspection.

La Lune opte ensuite pour Vénus placée sous elle, et non pour Mars, à la même place que Vénus au troisième niveau, mais en refuge (sans planète sous lui, donc sans participation spontanée de la Nouvelle lune). Quel cocon que l’enchaînement de ces deux planètes féminines ! En investissant Vénus de la mission à accomplir, l’empathie, la bienveillance, la compréhension enveloppent tout notre cheminement sans contrainte.

Enfin : Mars et le Soleil, les planètes masculines.

Observez le Soleil et Mars dans ce morceau de chaîne : certes dans les premiers niveaux, mais en position de refuge ! Késaco ? Ils ne sont pas investis par les planètes qui les gouvernent en amont. Nous l’avons dit : Mercure choisit la Lune et la Lune choisit Vénus. Le Soleil et Mars sont les deux planètes représentant le versant masculin de l’incarnation de la Nouvelle lune, c’est-à-dire l’autorité, le rayonnement, l’ego, l’initiative : ces tendances ne sont pas au programme ce mois-ci. Ce sont les planètes féminines qui assurent l’avenir de la lunaison.

Mais encore : Uranus, Saturne, Pluton, un fond de chaîne répétitif.

Vénus ouvre le chemin à un dispositif qui se répète pour la quatrième lunaison consécutive : Uranus est sommé de réformer nos valeurs, et il doit transmettre le message à Saturne placé sous lui qui le répercute en direction de Pluton qui clôt la chaîne. Seulement voilà : pas de schéma d’urgence à l’ordre du jour pour ces derniers niveaux de chaîne car Pluton a déjà entamé une période de rétrogradation à la lunaison précédente, et c’est au tour de Saturne de rétrograder lui aussi (pour quatre lunaisons). Bref beaucoup de monde se trouve en période de repli ce mois-ci en fond de chaîne, et présente peu de disposition à mettre en œuvre la grosse machine des réformes.

Neptune a un copain !

Enfin Neptune n’est plus seul ! Après son coup d’éclat en forme de mirage pour la lunaison de mars, il s’était retrouvé seul dès la lunaison d’avril, puis pour celle de mai. Neptune en tête de chaîne (il est actuellement chez lui en Poissons) a une proposition différente pour l’incarnation de la lunaison. Il ouvre un chemin moins rationnel, moins brutal, plus universel. Il n’est pas d’accord avec tout ce que nous ont proposé et nous proposent toujours les Saturne, Pluton, Uranus en termes de réformes à accomplir, de transformations profondes à réaliser.

Première incursion de Jupiter en Poissons.

Pour ce mois de juin, Neptune accueille Jupiter dans son signe. Une planète qu’il connaît bien puisque Jupiter est le second maître des Poissons (rappelons que nous n’admettons que le maître transsaturnien dans les chaînes planétaires donc ici Neptune). Jupiter se place sous son maître. Il fait une première incursion en Poissons pour deux lunaisons, car sa rétrogradation entraînera son retour en Verseau le 28 juillet. Décidément, on change complètement d’époque par rapport à ce que nous ont proposé les astres en 2020 ! Neptune trouve en Jupiter un allié de poids, qui va l’aider à envahir le champ social de ses valeurs : amour inconditionnel, dissolution de toutes les barrières entravantes, rêve de réaliser un monde parfait ici-bas.

Jupiter s’est dissocié du pôle principal (autour de Mercure) pour servir les intérêts de Neptune. Cette position empêche le cycle de la Nouvelle lune de trouver une expansion forte puisque Jupiter manque à l’appel sur le pôle principal. Mais Neptune n’a pour allié que Jupiter, il est donc loin d’imposer sa vision du monde, même s’il la propose indéfectiblement depuis 2012, date de son entrée en Poissons.

Bilan : Une Nouvelle lune de « repos », au cours de laquelle on lâche les tensions présentes. On profite personnellement du moment. On s’intéresse davantage à soi, à ses besoins profonds (Lune sous Mercure rétrograde). On lâche l’ego (les deux planètes masculines sont hors de course), et on «  laisse  » le cycle de la lunaison s’accomplir en fond de chaîne à son propre rythme, c’est-à-dire lent, avec deux planètes rétrogrades. S’il se produisait des événements majeurs au cours de cette lunaison, on n’en tiendrait pas compte, en tout cas pas à la mesure des dits événements. Même Jupiter contribue à cette sorte de relâchement, en offrant à Neptune (donc à l’autre pôle) son potentiel d’expansion. Alors, entamons un été qui va nous permette de reprendre souffle.

Excellente lunaison,

Nathalie

Domicile des planètes :

Les valeurs des 10 planètes:

Le Soleil est disposé à “être authentique, rayonner “

La Lune est disposée à « Ressentir, imaginer, se souvenir »

Mercure est disposé à « Penser, communiquer »

Vénus est disposée à « Aimer et être aimé(e)»

Mars est disposé à « Agir, combattre »

Jupiter est disposé à « Occuper le champ social, explorer de nouveaux horizons »

Saturne est disposé à « Contrôler, structurer, se responsabiliser socialement »

Uranus est disposé à « Eveiller, réformer »

Neptune est disposé à « Fusionner, dissoudre toute barrière »

Pluton est disposé à « Transformer, changer d’état »

Planètes en signes le 10 juin 2021

 Planète rétrograde :

 La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.

 Planète transsaturnienne :

 Planète située au-delà de Saturne dans le système solaire. On en compte trois: Uranus, Neptune, Pluton. Elles ont été découvertes aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Très éloignées du Soleil, leur révolution sidérale est très lente: 84 ans pour Uranus, 164 ans pour Neptune et 247 ans pour Pluton. Leur influence s’étend sur une génération. Divinités considérées comme très dures. Elles ont une dimension collective.

Planète en refuge :

 Planète située sous une autre planète qui la maîtrise. La planète en refuge n’a pas de planète placée sous elle alors que la chaîne continue à descendre à partir d’une autre planète. Cette position n’invite pas la planète à participer spontanément à l’incarnation.