Nouvelle lune du 30 mai 2022

Heure : 11h30 TU | Degré : 9°03' du signe des Gémeaux

VÉnus libre et au travail, mars joue les trublions

Cinq mois après le début de la nouvelle année, nous voici enfin sortis de cette période si tumultueuse, batailleuse et incertaine. Certes, la dernière lunaison du 30 avril ne pouvait pas nous aider à trouver de nouveaux repères car Neptune, en tête de chaîne et donc maître de cette Nouvelle lune, brouillait tous les codages. Sa force a consisté à remettre de l’ordre dans le désordre astral ambiant. Pour cette nouvelle lunaison qui démarre le 30 mai, un schéma planétaire plus construit et moins brutal s’organise, notamment autour de Vénus qui se place à la tête de six planètes. Cependant, ne rêvons pas trop d’un climat idyllique : Vénus n’est pas seule en tête de chaîne, puisque trois planètes sont sur les starting blocks. Nous aurons donc trois pôles qui n’auront rien à se dire au cours de ce mois de juin qui commence, et qui vivront leur vie indépendamment les uns des autres. Mais Vénus domine largement la composition, et elle va se remettre efficacement au travail. Ce n’est pas encore un mois de rêve pour nous personnellement (nous reviendrons sur la position de la Lune et du Soleil), mais ça commence à prendre forme et direction.

Mise au point à partir de la chaîne planétaire de cette Nouvelle lune…

Thème de la Nouvelle lune du 30 mai 2022

Chaîne planétaire

Configuration de la chaîne planétaire de la Nouvelle Lune :

Non pas une, non pas deux, mais trois orientations différentes nous sont proposées ce mois-ci :

  • Première orientation : autour de Vénus, sous laquelle s’enchaînent trois niveaux de profondeur, soit quatre niveaux au total. La remise en ordre de la lunaison dernière se confirme. Sur ce pôle se trouve la Nouvelle lune.

  • Deuxième orientation : Tiens, tiens, Mars, entré dans le signe du Bélier depuis peu (25 mai), s’invite en tête de chaîne. Il va s’activer pleinement ! D’autant qu’il reçoit l’aide de Jupiter lui aussi entré récemment en Bélier.

  • Troisième orientation : autour de Neptune, tout seul sur son pôle, alors qu’il était le grand maître de la lunaison du mois dernier ! Mais bon, il est toujours là, et en tête de chaîne.

Vénus resplendissante !

Oui, elle renaît… La belle Vénus retrouve son panache, ses valeurs qu’elle peut enfin assumer, haut et fort sur son pôle. Protégée par le trident neptunien le mois dernier, elle triomphe pour cette lunaison. Non seulement elle dirige un pôle de bonne taille (sept planètes au total), mais en plus elle est seule en tête de chaîne, c’est-à-dire qu’elle n’est conjointe à aucune planète dans le thème de Nouvelle lune, ce qui fait qu’elle s’exprime dans toute sa pureté.

Les projets de Vénus :

La belle a du travail ! Souvenons-nous, l’an dernier, le gros chantier de l’année 2021 : réformer nos valeurs Taureau, avec un Uranus électrisant ce signe de terre peu enclin à la nouveauté, dérangé par le dieu du Ciel… Vénus, maîtresse du Taureau, missionne Uranus depuis plusieurs années déjà, afin qu’il change radicalement nos façons de nous nourrir, d’utiliser nos sens, de les développer, et même de nous aimer (au sens Taureau du terme : sensuellement !).

Ce projet, Vénus a dû le mettre en retrait pendant de longs mois, céder à une sorte de combat et de concurrence avec ses partenaires, dont Uranus. Elle a beaucoup souffert, a dû faire de terribles concessions, et nous avec ! D’où le climat épouvantable de ces derniers mois. C’est fini aujourd’hui, en tout cas pour un bon moment. Et nous retrouvons l’enchaînement initial, rétabli par Neptune le mois dernier.

Pour réformer ses valeurs, Vénus utilise Uranus. Ce dernier sait que pour parvenir aux objectifs de Vénus, il doit passer par Saturne placé au-dessous de lui. Ce qui signifie qu’il fait le forcing pour faire éclater les structures en place, dont Saturne est le garant. Mais Saturne, pris en sandwich entre deux planètes transsaturniennes, Uranus au-dessus et Pluton au-dessous, est dans une situation très tendue : il doit maîtriser le processus de transformation représenté par Pluton en fond de chaîne. Le temps est un facteur essentiel dans la réalisation de ces métamorphoses, tant que Pluton se trouvera en Capricorne. Résultat : le projet de Vénus avance moins vite qu’elle ne le voudrait.

La place de la Nouvelle lune (et autre comparse : Mercure).

Une autre ligne se dessine en parallèle du projet de fond de Vénus. Sous elle se place Mercure, suivi au troisième niveau de profondeur par le Soleil et la Lune conjoints (puisque c’est la Nouvelle lune !), mais qui ne sont pas le projet prioritaire de Vénus, et voici pourquoi.

La ligne descendant à trois niveaux de profondeur seulement, le Soleil et la Lune sont en refuge, et ainsi placés sous Mercure, cette ligne est en fait une impasse qui n’aboutit pas, puisque sur la ligne parallèle, la chaîne s’enfonce plus profondément. Résultat : le Soleil et la Lune, qui nous représentent nous personnellement puisque ce sont les deux Luminaires, se trouvent enfoncés à trois niveaux de profondeur, beaucoup moins conscientisés, et sans possibilité de s’exprimer. Le vrai et seul projet de la lunaison : la ligne Vénus/Uranus/Saturne/Pluton.

Sans compter que Mercure est rétrograde, qu’il entend plus ou moins bien répondre aux sollicitations de Vénus, il n’est pas en phase de penser et de communiquer pour elle : il est centré sur lui. Point ! Pauvre Soleil, pauvre Lune, pauvres de nous ! Sniff !

Mars/Jupiter : un duo plein de vitalité et d’élan !

Face au pôle de taille guidé par Vénus, on pourrait se dire que le petit pôle voisin de deux planètes, c’est de la gnognotte. Que nenni ! Mars et Jupiter, en Bélier depuis peu et en conjonction s’il vous plaît, c’est la force impulsive, vitale, l’envie décuplée de jouer un rôle ce mois-ci. Alors bien sûr, ce n’est pas lui qui remportera la partie, mais on va l’entendre. Mars chez lui en Bélier (depuis peu) veut impulser un nouvel élan, ample, jupitérien en somme, pour occuper le champ social avec force et dynamisme.

Malheureusement, ce pôle ne trouve pas de relais autour de lui, ne reçoit aucune aide. Cette force est privée des planètes personnelles et intimes. Ce n’est pas une alliance où l’affectif ou la réflexion ont une place, que ce duo survolté Mars/Jupiter. Pas de soutien non plus des planètes transsaturniennes, collectives, qui en imposent, où qu’elles soient. On entendra bien leur remue-ménage, mais ils ne perturberont pas les autres pôles.

Neptune se retire.

Hier à la tête de huit planètes (seul Mercure lui échappait), Neptune disparaît du jeu aussi magiquement qu’il était apparu le mois dernier. Un coup de baguette magique et « Au revoir tout le monde, je suis intervenu le mois dernier pour mettre fin à vos (gros) désaccords, maintenant, je laisse la place à Vénus ». Et le voilà loin du monde et de ses chahuts. Il travaille, mais seul. Il garde un œil sur tout le monde, du haut de sa pole position.

BILAN : On retrouve des repères pour cette lunaison, mais ne soyons pas dupes, ce n’est pas le grand épanouissement personnel. Cependant, les situations sont mieux cadrées. Mars et Jupiter seront encore associés pour la prochaine lunaison, donc on n’en a pas fini avec ce binôme virulent, mais il est surtout en forme ce mois-ci. Le départ de Neptune sur un autre pôle ne nous brouille plus la vue d’ensemble. Mercure, en toute petite forme (rétrograde), ne nous autorise aucun contrôle sur les forces au travail autour de Vénus/Uranus/Saturne/Pluton. Pluton est d’ailleurs toujours rétrograde, il ne nous embêtera pas avec des vagues profondes et remuantes, il est au repos.

Mon conseil : Même si on n’est pas gagnant personnellement, sachons apprécier une période plus souple, moins tendue, et plus déterminée. Les vrais beaux jours arrivent, ceux de l’été et avec lui la culmination de la Lune puis du Soleil en tête de chaîne pour trois lunaisons. Là, nous allons vraiment compter !

Excellente lunaison,

Nathalie, Ciel et toiles

Le principe des chaînes planétaires :

Les chaînes planétaires proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de la Nouvelle lune.

Domicile des planètes :

Les planètes en signe le 30 mai 2022 :

Planète transsaturnienne :

Planète située au-delà de Saturne dans le système solaire. On en compte trois: Uranus, Neptune, Pluton. Elles ont été découvertes aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Très éloignées du Soleil, leur révolution sidérale est très lente: 84 ans pour Uranus, 164 ans pour Neptune et 247 ans pour Pluton. Leur influence s’étend sur une génération. Divinités considérées comme très dures. Elles ont une dimension collective.

Planète rétrograde :

La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.

Planète en refuge :

Planète située sous une autre planète qui la maîtrise. La planète en refuge n’a pas de planète placée sous elle alors que la chaîne continue à descendre à partir d’une autre planète. Cette position n’invite pas la planète à participer spontanément à l’incarnation.

Planète isolée :

Planète en domicile, qui ne maîtrise aucune autre planète dans la chaîne planétaire. Aucune planète ne se place sous elle. Elle est seule dans son signe. Elle se place en tête de chaîne, son énergie est immédiatement disponible mais ne peut être utilisée librement puisqu’ elle n’est pas en contact avec les autres planètes de la chaîne.