Nouvelle lune du 2 mars 2022

Heure : 17h36 TU | Degré : 12°07 du signe des Poissons

SITUATION TOUJOURS BLOQUÉE. ON GARDE LE RYTHME ! SOUTENU, ÉVIDEMMENT ...

Un vent actif souffle sur cette lunaison : toutes les planètes sont en marche directe et aucune n’est en refuge. Elles s’investissent pleinement dans leur mission. Et pourtant, la situation ne s’améliore pas pour cette troisième lunaison de l’année 2022. On reste dans le même rythme, rapide, avec des propositions scindées en deux points de vue non conciliables. La seule grande modification tient dans le point de vue pour lequel NOUS allons opter : nos représentants principaux, Soleil et Lune, changent de pôle et rejoignent – avec enthousiasme il faut le dire – Neptune et ses propositions nébuleuses. Pendant que de son côté, Vénus continue à batailler sans aucune compensation.

Thème de la Nouvelle lune du 2 mars 2022

Chaîne planétaire de la Nouvelle lune du mois

Retour sur la configuration de la chaîne planétaire de la Nouvelle lune du mois :

  • Toujours la même bipolarisation de la chaîne : d’un côté la «  fameuse  » boucle Vénus/Uranus/Saturne, récurrente depuis cinq lunaisons (en fait globalement depuis plus d’un an), et d’un autre côté un pôle commandé par Neptune.
  • Deux niveaux de profondeur seulement, comme le mois précédent, ce qui contribue à accélérer le rythme.
  • Toutes les planètes sont  en marche directe.

Le pôle principal : l’incontournable (mais non constructive) boucle Vénus/Uranus/Saturne.

Cette boucle dominante dans les chaînes planétaires de ces temps incertains et tendus, est donc bien installée. C’est la quatrième fois consécutive que nous la retrouvons. Les planètes qui la composent sont mal assorties et au final, la boucle n’apporte aucune solution satisfaisante sur le plan social ou collectif. Elle domine numériquement avec six planètes (sur les dix que nous utilisons), mais ne débouche sur rien de concret au second niveau : Mars et Pluton (forces infernales) se placent sous Saturne qui les contrôlent (ouf ! ), tandis que Mercure prend place sous Uranus, donc ça «  carbonne  » sec sur le plan mental : nous sommes incontestablement sous tension.

Mercure et Vénus, planètes personnelles et intimes qui toutes deux participent à cette boucle, sont mêlées à des planètes collectives et sociales. Elles sont aussi coupées du Soleil et de la Lune. Cette hypertension mentale restera donc cantonnée aux deux dimensions collective et sociale, sans que notre coeur et notre sensibilité profonde en soit affectés. On ne trouvera pas de satisfaction sur ce pôle, sur lequel les défis et les incompréhensions règnent. On tourne autour du pot de façon brutale et dure, et on n’avance pas !

Un pôle neptunien riche et en expansion.

Et oui Neptune est franchement dans la course pour cette lunaison : il dirige trois planètes sur dix, formant ainsi un pôle important et concurrentiel (plus que pour la lunaison précédente). Son poids s’accroît avec la présence du Soleil et de la Lune (Nouvelle lune) sous son aile, accompagnés par Jupiter au second niveau, avec lequel Neptune est en conjonction. D’où son expansion importante, les deux maîtres des Poissons s’unissant pour quelques lunaisons.

Alors sur ce pôle-là, nous serons bien, à l’abri des tensions et conflits qui se déroulent sur le pôle voisin. Protégés par l’immense bonté de Neptune dont les nébulosités nous épargneront les soucis et autres contrariétés, nous bénéficierons aussi du soutien de Jupiter à nos côtés qui nous offrira des perspectives amples. Que demander de plus en ces temps une fois de plus… incertains et tendus ?

BILAN : Deux propositions de cheminement engagent le parcours de l’incarnation de la Nouvelle lune. Nous alternerons donc nos positions, une fois sur l’une, une fois sur l’autre, car nous sommes appelés à vivre les deux pôles, mais jamais en même temps. Il se pourrait donc que nous cherchions refuge auprès de Neptune, planète de réclusion qui nous réconfortera face aux difficultés de la vie sociale et collective que nous vivrons indépendamment de ce refuge protecteur. Le rythme reste soutenu, mais nous le tenons et nous le garderons : toutes les planètes sont en marche directe, aucune n’est en retrait par rapport aux enjeux.

Mon conseil : on s’accroche, on fait au mieux dans la vie sociale et collective, on se fait du bien dans la vie plus personnelle, et on attend des jours meilleurs (ils arriveront dans quelques lunaisons, à partir de mai globalement…) !

Bonne lunaison à tous,

Nathalie, Ciel et toiles

Le principe des chaînes planétaires :

Les chaînes planétaires proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de la Nouvelle lune.

Domicile des planètes :

Les planètes en signes le 2 mars 2022 :

Les valeurs des 10 planètes :

Le Soleil est disposé à « Etre authentique, rayonner »

La Lune est disposée à « Ressentir, imaginer, se souvenir »

Mercure est disposé à « Penser, communiquer»

Vénus est disposée à « Aimer et être aimé(e) »

Mars est disposé à « Agir, combattre »

Jupiter est disposé à « Occuper le champ social, explorer de nouveaux horizons »

Saturne est disposé à « Contrôler, structurer, se responsabiliser socialement »

Uranus est disposé à « Eveiller, réformer »

Neptune est disposé à « Fusionner, dissoudre toute barrière »

Pluton est disposé à « Transformer, changer d’état »

Planètes transsaturniennes :

Planètes situées au-delà de Saturne dans le système solaire. On en compte trois : Uranus, Neptune, Pluton. Elles ont été découvertes aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Très éloignées du Soleil, leur révolution sidérale est très lente : 84 ans pour Uranus, 164 ans pour Neptune et 247 ans pour Pluton. Leur influence s’étend sur une génération. Divinités considérées comme très dures. Elles ont une dimension collective.