Nouvelle lune du 21 janvier 2023

Heure : 20h53 | Degré : 1°33'

UNE NOUVELLE LUNE GLACIALE ET (semi-) ÉLECTRIQUE : LA FIN D’UNE ÉPOQUE.

2023 débute, alors excellente année à tous et réjouissons-nous : l’année sera bien différente de 2022. Deux ans qu’on attend du changement, des perspectives. Un autre programme, quoi ! Deux ans que l’horizon était bouché, et le ciel astral chargé de gros nuages noirs, annonciateurs de tensions récurrentes et invasives : nous les avons ressenties dans nos vies personnelles, sociales, et le champ collectif bien sûr a été lui aussi sacrément bouleversé. Comme d’hab, je scrute le ciel astral en m’appuyant sur les chaînes planétaires tirées des douze Nouvelles lunes annuelles. Voici le climat qui va animer le premier cycle lunaire de l’année, qui débute le 21 janvier, date de la Nouvelle lune.

Thème de la Nouvelle lune du 21 janvier 2023

Chaîne planétaire

Configuration de la chaîne planétaire :

La chaîne planétaire s’étire jusqu’à cinq niveaux de profondeur, annonçant une transmission assez lente et globalement bien maîtrisée  des énergies des planètes entre elles. Elle présente deux pôles très inégaux :

  • Un pôle de neuf planètes organisée à partir d’une réception mutuelle Vénus/Uranus, figure toujours très dynamique, mais ici mal assortie entre une planète personnelle intime (Vénus) et une planète collective (Uranus).
  • Un pôle constitué d’une planète isolée, Neptune, en marche directe.

Rien de bien nouveau par rapport à ce qui s’est présenté ces deux dernières années.

Vénus et Uranus toujours en conflit.

Ces deux-là ne nous épargnent rien depuis deux ans. Les deux planètes sont perpétuellement en conflit et pour cause : elles sont indéfectiblement liées par la présence d’Uranus en Taureau (signe maîtrisé par Vénus) depuis plusieurs années maintenant. Et Uranus rêve de dominer sa planète-maîtresse. Jusque là, il a bénéficié de la présence de Saturne en Verseau pour s’imposer, mais Saturne va bientôt partir (en mars). Pour cette Nouvelle lune, Vénus et Uranus se retrouvent à égalité en tête de chaîne. Pauvre Vénus, à nouveau malmenée par ce dieu foudroyant qu’est Uranus, qui refuse de lui obéir. Elle doit (encore) repartir au combat face aux éclairs uraniens qui la brutalisent, elle qui ne rêve que d’harmonie. Mais elle résiste bien : Saturne en conjonction la soutient dans sa position. Le prix de son aide : Saturne la prive de sa chaleur habituelle (donc ne comptons pas sur des relations chaleureuses et réconfortantes, ni sur un plan personnel, ni sur un plan collectif !).

Uranus présent mais en retrait. Saturne gère la situation : pas d’explosion mais le feu couve.

Ainsi placé en tête de chaîne et en position de force, Uranus pourrait enflammer le ciel astral. Il est rétrograde. Depuis fin août. Ouf ! Mais il ne va pas tarder à se réveiller. Pour l’instant, il est concentré sur lui-même, en période de bilan. Il n’a pas vocation à jeter ses éclairs sur l’extérieur et à attiser sans discernement les tensions actuelles. Il ne jouera pas son rôle d’agitateur social et collectif de plein fouet. Il se contentera d’être présent sur le terrain.

Il ne pourra pas faire céder Saturne qui va organiser les choses. Globalement, Saturne va contenir toutes les idées, tous les points de vue. Les actions à visée sociale seront discutées, débattues. Dans les règles. Mais dans une ambiance de fort mécontentement plus ou moins larvé, d’envie de révolte qu’on ne peut dire. Pour résumer : une ambiance épouvantable. Comme depuis deux ans.  Ça tire d’un côté, de l’autre, on se dispute le pouvoir dans le ciel astral, sans résultats, sans direction. On n’avance pas, et le climat astral est en surchauffe. Alors on est tous tendus !

On change d’objectif : de Pluton à Jupiter.

Pluton, dieu des mondes souterrains, est coincé dans une voie de garage pour la deuxième lunaison consécutive. Mis de côté, ce qu’il entreprend de transformer en profondeur n’a aucun écho. Les perspectives astrales se décalent : depuis des années, Pluton était décisif, jamais « oublié » dans les lunaisons, il fallait l’atteindre, il était situé tout en fond de chaîne et constituait l’enjeu de toutes les lunaisons. Il fallait transformer nos structures, de tous ordres.

Aujourd’hui, ce n’est plus l’action et les valeurs plutoniennes que l’on veut connecter : c’est Jupiter, qui est désormais le but à atteindre. La lunaison a pour vocation de gagner le champ social. Trouver de l’ampleur, se dégager une voie de respiration la plus sociale possible. Trouver un nouveau souffle, en quelque sorte. Et il a du potentiel, ce Jupiter en fond de chaîne : Mars, revenu à une marche directe, le booste activement et lui donne les moyens de se faire entendre.

La conjonction Soleil/Lune : en fâcheuse position.

Cette nouvelle orientation de nos objectifs devrait nous ouvrir des perspectives plus réjouissantes. Que nenni ! Voyez la position de la conjonction Soleil/Lune (autrement dit la Nouvelle lune) dans la chaîne planétaire : en refuge, écartée de ce programme nouveau qui commence à se structurer en fond de chaîne. Une bien mauvaise position qui s’inscrit dans la continuité des deux années précédentes.

Cette conjonction entre les deux Luminaires, qui nous représente NOUS prioritairement dans les chaînes planétaires, est exclue de toute décision, action, participation à l’accomplissement de la lunaison. Nous subissons. C’est bientôt fini. Dès les lunaisons de mars et d’avril, nous allons retrouver une position plus favorable qui nous permettra de nous sentir davantage pris en compte.

Neptune : isolé sur son pôle.

Oh ! J’oubliai Neptune : seul sur son pôle, il patiente. On l’oublierait presque ! Mais bon, il est sorti de sa période de rétrogradation, il distille à nouveau son projet d’un autre monde, en tout cas très différent de ce que l’on a connu au cours de cette dernière décennie, projet qu’il élabore depuis 2012, date de son entrée dans le signe des Poissons. Pour cette lunaison, il n’a pas d’écho car il est isolé. Mais il va nous surprendre (encore) dès la lunaison suivante.

BILAN : Une première Nouvelle lune 2023 animée par un Uranus en retrait, qui ne mettra pas le feu aux poudres. Mais il comprend par sa conjonction au Nœud lunaire Nord, où il doit mener la lunaison : dans le champ social. En parallèle, on sent qu’en fond de chaîne les choses bougent, les énergies planétaires s’organisent différemment, donnant une orientation naissante et nouvelle à une autre voie que celle que nous proposait Pluton depuis des années. Pour l’instant, elle s’active mais reste maîtrisée par Saturne. Quant à nous… Un épanouissement réduit à une peau de chagrin !

Mon conseil : c’est la fin d’une longue période que nous vivons là. Une période difficile, secouée par de multiples tensions incessantes et récurrentes, ponctuée de rares et trop courts moments de répit. C’en est fini. La lunaison prochaine sera transitoire (même si ce n’est pas voulu !) avec une période de véritable redistribution des cartes astrales : Saturne et Pluton, deux mastodontes du zodiaque, changent de signe  dès le mois de mars ! Ils vont découvrir de nouveaux territoires et s’activer dans de nouvelles énergies, changer de projet et de mode opératoire. Alors, courage ! Le décompte a commencé.

Excellente lunaison, 

Nathalie

Nouvelles lunes et chaînes planétaires :

Les chaînes planétaires proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat collectif du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de la Nouvelle lune.

Domicile des planètes :

Les planètes en signes le 21 janvier 2023 :

Réception mutuelle :

Se dit d’une planète maîtrisée par une autre planète dont elle est elle-même le maître. Les deux planètes s’échangent leurs maîtres. Elles se placent côte-à-côte en tête de chaîne. Configuration dynamique et/ou problématique suivant les planètes.

Planète rétrograde :

La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix.

Planète isolée :

Planète en domicile, qui ne maîtrise aucune autre planète dans la chaîne planétaire. Aucune planète ne se place sous elle. Elle est seule dans son signe. Elle se place en tête de chaîne, son énergie est immédiatement disponible mais ne peut être utilisée librement puisqu’ elle n’est pas en contact avec les autres planètes de la chaîne.

Planète en refuge :

Planète située sous une autre planète qui la maîtrise. La planète en refuge n’a pas de planète placée sous elle alors que la chaîne continue à descendre à partir d’une autre planète. Cette position n’invite pas la planète à participer spontanément à l’incarnation.