Nouvelle lune du 2 janvier 2022

Heure : 18h33 GMT | Degré : 12°20 du signe du Capricorne

Et on repart comme en 40... euh, comme en 2021, la concurrence en plus !

Bonne année à tous ! 2022 débute, douze mois et treize nouvelles lunes nous attendent. On va avoir du pain sur la planche…

La première lunaison de l’année a lieu le 2 janvier, le lendemain même du premier jour de l’année civile. Une Nouvelle lune et une nouvelle année, voilà un renouveau exigent ! On a terminé 2021 sur des perspectives pas fameuses astrologiquement parlant : de la dureté et des affrontements auxquels il nous a été impossible d’échapper.

Cette Nouvelle lune de janvier annonce le climat de tout le premier trimestre, et même bien au-delà puisque nous ne parviendrons pas à régler la difficulté actuelle : le conflit d’autorité entre les membres de la famille mythologique formée par Vénus, qui rencontre des soucis avec Uranus son père, et avec  Saturne, un autre enfant d’Uranus.

Ce conflit s’est installé en janvier 2021, n’a pas été résorbé durant l’année, nous le retrouvons donc bien vivace pour cette première lunaison, mais aussi pour la deuxième, la troisième…

Seulement voilà : à ces problèmes internes s’ajoute en ce début d’année une variante : le pôle formé par Neptune et situé en parallèle se développe, s’étoffe durant tout le premier trimestre. Et particulièrement au cours de la première lunaison de l’année…

Allons voir du côté des chaînes planétaires, nos guides pour ces lunaisons.

Thème de la Nouvelle lune du 2 janvier 2022

Chaîne planétaire de la Nouvelle lune

Le R inscrit à côté d’une planète signifie qu’elle est rétrograde

Moins troublante et moins exigeante que la première lunaison de 2021 qui avait été « costaude », cette première lunaison de 2022 présente une chaîne planétaire qui reprend la problématique posée il y a un an, à laquelle s’ajoute une double polarité :

  • Premier pôle : une boucle de trois planètes, mettant en scène les trois protagonistes familiaux, Vénus/Uranus/Saturne. Sous eux se positionnent quatre planètes, soient quatre objectifs à atteindre, sur un seul et unique niveau de profondeur. Dont la conjonction Soleil/Lune (autrement dit la Nouvelle lune), et Mercure : nos planètes intimes et personnelles . Il faut ajouter Pluton sur ce même niveau, le quatrième protagoniste d’un quatuor formé depuis janvier 2021, dont les trois autres membres sont les planètes engagées en tête de chaîne.
  • Deuxième pôle : sous Neptune, dieu des «grandes eaux», planète transsaturnienne en domicile dans le signe des Poissons (depuis longtemps et encore pour longtemps !), trois niveaux de profondeur nous entraînent vers Mars, planète active. Entre Neptune et Mars : Jupiter (le petit-fils d’Uranus !).

Voilà donc deux pôles déséquilibrés en termes de quantité : sept planètes pour l’un, contre trois pour l’autre. Déséquilibre comblé par une profondeur plus importante du «petit» pôle neptunien : la lunaison, pour s’accomplir, doit connecter le dernier niveau, celui qui est le plus profondément ancré dans la chaîne. Le pôle neptunien emporte la mise ce mois-ci.

Bon alors tout ça, ça veut dire quoi ?

Deux chemins nous sont proposés pour que la lunaison s’accomplisse. Nous ne pouvons vivre simultanément ce qui se passe sur les deux pôles. Nous expérimentons la Nouvelle lune du mois alternativement, un coup sur un pôle, un coup sur l’autre, mais nous les vivrons et les expérimenterons tous les deux, sans pouvoir les réunir dans notre conscience. Que nous proposent chacun de ces pôles ?

Le pôle Vénus/Uranus/Saturne : toujours en difficulté, on tourne en rond, on tourne en rond…

Comme en janvier dernier donc (il y a un an), une boucle en tête de chaîne maîtrise un pôle. Il est constitué de trois planètes qui s’ordonnent « normalement » (mais l’astrologie  nous surprend toujours !) de la façon suivante :

  • Vénus est maîtresse d’Uranus. Pourquoi ? Parce que le dieu du Ciel se trouve actuellement en Taureau, domicile de Vénus, pour quelques années encore. Uranus se place ainsi sous Vénus dans les chaînes planétaires.
  • Uranus est maître de Saturne. Le maître du temps transite actuellement le signe du Verseau, dont Uranus est le premier maître. Saturne prend place sous Uranus dans les chaînes.
  • Saturne est maître d’un quatrième larron de cette configuration : Pluton, qui achève son (long) transit en Capricorne (qu’il quittera en 2023). Pluton se place sous Saturne.

Et pour cette première lunaison de 2022, Saturne est également maître de Vénus en visite dans le signe du Capricorne pendant tout le premier trimestre. Ce qui fait qu’on retrouvera cette boucle Vénus/Uranus/Saturne jusqu’à la Nouvelle lune du 2 mars comprise.

Ces quatre planètes forment un quatuor récurrent depuis janvier 2021. On le retrouvera toute l’année, plus ou moins discipliné sous Vénus.

Et ce mois-ci,  ils ne sont pas disciplinés. Les trois membres d’une même famille (mythologique) doivent composer ensemble dans une boucle pilote de la lunaison : aucun ne domine l’autre, ils exercent une sorte de pouvoir conjoint, sans possibilité de se passer les uns des autres.

Cette situation n’est pas favorable à la mise en place des réformes voulues par Vénus qui se trouve en amont de ce dispositif récurrent depuis un an, et qui perdurera jusqu’en 2026 , année de sortie d’Uranus en Taureau. Vénus a besoin de réformer ses valeurs primaires avec Uranus en Taureau (comment nous aimons, comment nous nous nourrissons). Uranus exige de Saturne placé sous lui dans les chaînes planétaires, qu’il opère pour bâtir de nouvelles structures (sociales, politiques, administratives…) de façon collective et avant-gardiste (Saturne en Verseau). Puis Saturne connecte Pluton placé sous lui, la plupart du temps en fond de chaîne : une métamorphose entière de nos structures de tous ordres est en route.

Il s’agit donc d’un quatuor qui, lorsqu’il est bien ordonné, bien discipliné sous Vénus, progresse dans la réalisation du projet vénusien. Mais en ce moment, ils veulent tous le pouvoir (sauf Pluton en fond de chaîne) en dirigeant l’incarnation de la lunaison. Donc, ils sont davantage en conflit qu’en collaboration.

Vénus et Uranus sont rétrogrades, c’est-à-dire qu’ils sont en période de bilan personnel, ils ne veulent pas extérioriser leurs valeurs pour cette première lunaison. Mais Saturne, lui, en marche directe, veut emmener la lunaison vers son accomplissement sans ménagement. Il est prêt, mais ses deux acolytes freinent des quatre fers… Saturne est fort, courageux, tenace, et ne lâche jamais le morceau. Mais sa soif de pouvoir est contrariée par Vénus et Uranus qui n’entrent pas dans son jeu.

Saturne est maître de la Nouvelle lune, celle-ci se formant en Capricorne, et bien sûr de Pluton. Voyez le Soleil, la Lune et Pluton placés sous Saturne dans la chaîne. Cette position n’est pas facile pour nos deux Luminaires en conjonction, appelés à la responsabilité saturnienne au-dessus d’eux et confrontés à l’angoisse générée par la proximité de Pluton sur le même niveau.

Ajoutons au tableau un rythme très soutenu avec deux niveaux de profondeur seulement et quatre objectifs de fond de chaîne à atteindre, il va falloir être en forme pour vivre convenablement ce pôle !

Le pôle neptunien s’affirme.

Après une année 2021 bien difficile pour Neptune, seul sur son pôle presqu’à chaque lunaison et rétrograde de façon prolongée, le voici bien fringant pour la première Nouvelle lune de l’année. Il est en superforme : Jupiter en Poissons se place sous sa tutelle. À eux deux, ils voient grand, très grand : tous deux ne font pas dans le petit par nature, et ils sont en marche directe. Alors ils font avancer leurs pions. Neptune en tête de chaîne continue, comme depuis dix ans maintenant, à proposer un autre chemin d’incarnation pour la Nouvelle lune : Neptune a le projet d’instaurer une autre perception du monde, plus sensible, où l’intuition surpasse la réalité terrestre. Son horizon s’étend bien au-delà de nos perspectives humaines.

Jupiter, très à l’aise en Poissons (il en est le second maître) – toute l’année 2022 nos amis Poissons avec la présence de Neptune et de Jupiter dans le signe, vont pouvoir vivre pleinement leur condition, leur nature si singulière, si parée de merveilleux, dernier signe du zodiaque -, Jupiter donc relaie avec un enthousiasme et un optimisme non feints la proposition neptunienne, et ce sans limite. Et quand on sait que c’est Mars qu’il connecte en fond de chaîne, ladite proposition va atteindre une force de contestation largement entendue par le pôle voisin, son rival rationnel englué dans ses problèmes d’autorité interne.

La transmission de l’énergie entre les planètes du pôle neptunien est fluide, s’effectue sans heurts, les planètes sont bien accordées grâce au relais de Jupiter. Rien à voir avec l’organisation du pôle voisin, aux objectifs nombreux et dispersés, avec une tête de chaîne complexe.

Nous nous emparerons de ce parcours proposé par Neptune lorsque nous quitterons le pôle principal. Il nous enivrera un peu, parce qu’il est irrésistible… La promesse d’un monde meilleur, présenté sous cette force dynamique et volontariste, ne peut que nous attirer ! Mais, mais… Nous n’y participerons pas vraiment de façon personnelle et engagée : en effet, les deux Luminaires Soleil et Lune sont situés sur l’autre pôle, le moins « sympa » à vivre ce mois-ci. Et c’est là que nous sommes appelés à nous sentir exister. Pas de grandes joies en perspective !

BILAN : On rêve et on idéalise sur un pôle, on sue et on s’éreinte sur l’autre ! On passe de l’un à l’autre, sans possibilité de définir clairement une orientaion. Le rythme est compliqué, complexe. Les deux pôles sont très différents dans leur configuration. Quoiqu’il en soit, ce n’est pas une lunaison reposante, vous l’aurez compris. Plutôt fatigante, même, mais avec un souffle que seul Neptune peut apporter… Mais la sérénité n’est pas pour janvier !

Mon conseil : restons vigilants face à l’exaltation insufflée par Neptune, et motivés  face au défi d’organisation du quatuor : il nous faut garder le rythme, et bien gérer nos efforts. Nous aurons besoin de toutes nos forces, pour… allez… trois lunaisons encore. Courage ! Nous passerons le cap.

Alors, excellente première lunaison 2022 à tous.

Le principe des chaînes  planétaires :

Les chaînes planétaires proposent une interprétation du cycle lunaire du mois à partir d’un point de vue différent et inédit : elles s’appuient sur la hiérarchie et les relations qu’entretiennent les dix planètes prises en compte en fonction de leur position dans la chaîne. Elles visent à évoquer le climat du mois sous un autre angle, avec un autre point de vue. En ce sens, elles approfondissent l’interprétation du thème de la Nouvelle lune. Voir pour plus de détails la page consacrée aux chaînes planétaires https://ciel-et-toiles.fr/category/nouvelles-lunes-et-chaines-planetaires/

Les valeurs des 10 planètes :

Le Soleil est disposé à « Etre authentique, rayonner »
La Lune est disposée à « Ressentir, imaginer, se souvenir »
Mercure est disposé à « Penser, communiquer»
Vénus est disposée à « Aimer et être aimé(e »
Mars est disposé à « Agir, combattre »
Jupiter est disposé à « Occuper le champ social, explorer de nouveaux horizons »
Saturne est disposé à « Contrôler, structurer, se responsabiliser socialement»
Uranus est disposé à « Eveiller, réformer»
Neptune est disposé à « Fusionner, dissoudre toute barrière »
Pluton est disposé à « Transformer, changer d’état»

Domicile des planètes :

Les planètes en signes le 2 janvier 2022 :

Planète transsaturnienne :

Planète située au-delà de Saturne dans le système solaire. On en compte trois : Uranus, Neptune, Pluton. Elles ont été découvertes aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles. Très éloignées du Soleil, leur révolution sidérale est très lente : 84 ans pour Uranus, 164 ans pour Neptune et 247 ans pour Pluton. Leur influence s’étend sur une génération. Divinités considérées comme très dures. Elles ont une dimension collective.

Boucle de trois planètes :

Trois planètes s’organisent en une boucle et partagent la tête de chaîne. Elles pilotent ensemble la lunaison. La qualité de la circulation de l’énergie entre les trois membres de la boucle dépend des planètes qui la composent : sont-elles compatibles ? Ont-elles un projet commun ? Sont-elles en marche directe ou rétrograde ?

Planète rétrograde :

La planète se déplace dans le sens inverse du Soleil. Toutes les planètes ont un temps de rétrogradation, sauf les deux Luminaires (Soleil et Lune). L’action d’une planète rétrograde se manifeste davantage dans le champ intérieur que dans le champ extérieur. C’est un moment de bilan pour la planète. Le retour à une marche directe lui permet de réajuster ses choix. .

L’année 2022 en treize Nouvelles lunes à travers les chaînes planétaires :

Si vous êtes curieux du déroulement de l’année 2022, de ses enjeux, de ses rythmes, n’hésitez pas à vous reporter aux Cahiers astrologiques : L’année 2022 en treize Nouvelles lunes à travers les chaînes planétaires. Vous y trouverez tous les détails nécessaires à la compréhension de cette période, grâce à cet outil singulier : celui des chaînes planétaires. Bonne découverte, et bonne lecture ! https://ciel-et-toiles.fr/category/nouvelles-lunes-et-chaines-planetaires/